Prochains événements

Pré-inscriptions - Saison 2019-2020
20-09-2019 19:00

Accès intranet



Actualités

Pré-inscriptions - Saison 2019-2020

    Pré-inscriptions Saison 2019-2020     Vous pouvez...
Réunion d'information de rentrée - Saison 2019-2020

RÉUNION D'INFORMATION DE RENTRÉE Saison 2019-2020 Comme chaque...
Reprise des cours et cours d'essai - Saison 2019-2020

REPRISE DES COURS et COURS D'ESSAI Saison 2019-2020 Les cours...

Imprimer

Présentation de la Méditation

0 Yang Sheng - Nourrir la Vie transp.ombr

 

La Méditation

 

 

 

Nous sommes ce que nous pensons et avec cela, nous transformons notre monde. 

                                                 Gautama Bouddha « Sakyamuni » (566/563 – 486/483 av. j.-c.)

 


Dans notre langage courant, méditer (lat. meditari) signifie littéralement "Réfléchir", "Penser". Le préfixe Med- dérive lui-même d'une racine indo-européenne signifiant précisément "Penser", "Réfléchir"On peut alors méditer sur des questions profondes de l'existence, sur le sens de la vie et de la mort, sur l'au-delà, sur une pensée philosophique qui appelle à l'approfondissement, etc.

Or, la racine Med- est aussi celle qui sert à désigner le "Soin", le "Traitement", medicor signifiant "Soigner", "Panser", terminologie que l'on retrouve notamment dans des mots comme "Médecine" ou "Médecin" (lat. medicus "qui soigne") ou encore "Médicament" (lat. medicamentum), "Médicinal" (lat. medicalis), etc. Penser pour panser ou encore panser par la pensée ! Et si méditer signifiait plus exactement "Penser à prendre soin (de soi)", c'est-à-dire apprendre à bien penser/panser (l'esprit), autrement dit à guider nos pensées ? Nous serions donc ici bien loin de la simple notion de "pensée" ou de "réflexion", fût-elle approfondie.

D'après Zem, l'apprenti maître Zen
(avec l'aimable autorisation de l'auteur Frédéric Baylot)
http://zem.baylot.org/

 


Qu'en est-il alors du concept extrême-oriental de "méditation" dont sont issues, sans exception, toutes les techniques de méditation actuellement pratiquées en Occident (méditation de Pleine Conscience/Mindfullness, méditation Zen, méditation Vipassana, méditation tibétaine, méditation transcendantale, etc.) ?


Tout d'abord, il est fondamental de préciser que dans toutes les traditions extrême-orientales (bouddhisme, hindouisme, taoïsme, jaïnisme, sikhisme, etc.) la méditation s'inscrit littéralement dans une profonde démarche spirituelle
. Le problème est qu'en Occident, nous confondons lamentablement "spiritualité" et "religion", deux notions que nous assimilons l'une à l'autre dans une totale ignorance de leur spécificité et distinction. Si une religion est certes toujours une spiritualité, l'inverse n'est en revanche pas vrai, toutes les spiritualités ne sont pas érigées en religion, loin s'en faut. On peut ainsi s'inscrire dans une démarche spirituelle sans jamais appartenir à une quelconque religion. Les cours que nous dispensons au sein de notre association visent aussi à clarifier ce genre de méprises qui créent, in fine, de graves erreurs dans la finalité de la pratique.

E
n langue sanskrite (langue indienne), méditer se dit BhavanaGöm སྒོམ en langue tibétaine, ce qui signifie respectivement "Cultiver" et "Se familiariser". Mais alors, cultiver quoi, se familiariser avec quoi ? Tout simplement, grâce à une expérience directe et vivantese familiariser ou cultiver l'émergence spontanée des qualités intrinsèques fondamentales de l'esprit, la Véritable Nature de l'Esprit (calme, silencieux et spacieux), qualités intrinsèques, naturelles, propres à tout être humain, sans exception. Plus connues sous le nom des "4 Incommensurables" ou "4 Vertus Sans Limites" (Apranama), elles sont :

 

- l’Amour altruiste inconditionnel ou Bienveillance (pal. Metta ; sansk. Maîtri)

- la Compassion (pal. et sansk. Karuna)

- la Joie sympathisante (pal. et sansk. Mudita)

- l’Équanimité (pal. Uppekha ; sansk. Upeksa)

 

Cultiver l'émergence de ces 4 qualités fondamentales permet alors la reconnaissance et l’extinction des "Trois Poisons Mentaux" (Trivisa) ou "Trois Souillures Mentales" (Kleshas) ou "Tros Feux" (Akushalas) qui nous consument intérieurement et qui maintiennent l’esprit prisonnier des illusions aveugles de l’ego, et qui conduisent à la pérennité de la Souffrance (Dukkha). Ces 3 Poisons mentaux sont :

- l’Ignorance ou Aveuglement ou Égarement mental ou Manque de discernement (pal. Avijja ; sansk. Avidya / Moha)

- le Désir insatiable ou Soif ou Avidité (pal. Tanha, Lobha ; sansk. Raga)

- l'Aversion ou Colère ou Haine (pal. Dosa ; sansk. Dvesa)

 

In fine, travailler à l'émergence spontanée des Quatre Qualités fondamentales de l'esprit (Apramana) dans le but d'éradiquer les Trois Poisons Mentaux (Trivisa) permet de se libérer partiellement et temporairement ou totalement et définitivement de la Souffrance (Dukkha) inhérente à la condition de tous les êtres vivants.

La méditation est une méthode de transformation intérieure de notre être 
par le biais d’un entraînement de l’esprit permettant d'apprendre à connaître et à cultiver les modalités de fonctionnement de notre esprit. Autrement dit, la méditation est une méthode de familiarisation avec des techniques de connaissance et de maîtrise de l’esprit qui permettent d’acquérir une véritable liberté intérieure, c’est-à-dire la faculté de l’esprit de se libérer des "toxines mentales" à savoir les émotions perturbatrices telles que l’ignorance, le désir obsessionnel, la colère, la peur, le doute, la haine, la jalousie, etc. - dont nous sommes victimes ou esclaves.

 

Calme, méditation, énervement 
D'après Zem, l'apprenti maître Zen
(avec l'aimable autorisation de l'auteur Frédéric Baylot)
http://zem.baylot.org/



La connaissance et la maîtrise des facultés de notre esprit permettent alors d’acquérir progressivement une meilleure compréhension de la réalité que nous vivons au quotidien. En cultivant les qualités humaines fondamentales, et en se familiarisant avec de nouvelles manières de considérer le monde, de nouvelles manières d’être, de penser, d’appréhender la réalité de la vie, des êtres et des choses, la méditation permet de transformer littéralement notre rapport à la vie et aux choses. Et pour cela, encore faut-il que nous soyons décidés à nous transformer, c'est-à-dire à lâcher, à abandonner certains aspects de notre vie, de notre être, de notre personnalité, de nos agissements (actions physiques, paroles ou pensées). Car ne nous leurrons pas, sans abandon, point de transformation !

 

La méditation permet donc de prendre ou reprendre le contrôle de notre esprit au lieu d'en être victime ou esclave. En reprenant le contrôle, nous pouvons alors transformer véritablement notre vie en nous donnant la possibilité de reconnaître et de faire la part des choses entre bonheur authentique et plaisirs. Être libre ne signifie pas simplement être libre de faire ce que l'on veut, de dire ce que l'on veut ou d'aller où l'on veut. Être libre, c'est avant tout et surtout être maître de soi-même, c'est-à-dire être maître de sons esprit, donc maître de son destin.

 

La méditation offre ainsi la possibilité de modifier la qualité de chaque instant de notre vie en offrant des réponses appropriées, justes, lucides et objectives quant aux méthodes qui sont à notre disposition dans notre quête légitime du bonheur et notre désir, tout aussi légitime, de nous affranchir de la souffrance.

 

Au pire, la méditation nous permettra de mieux gérer les différentes situations de notre quotidien. De par la clarté d’esprit qu’elle procure, elle permet d’être en effet moins vulnérables aux hauts et aux bas de notre vie quotidienne, qu’il s’agisse de circonstances plaisantes ou déplaisantes. Ne pas s’emballer et se laisser emporter face aux circonstances plaisantes et ne pas succomber et se laisser dépasser face aux circonstances déplaisantes.

Et dans le meilleur des cas, pour celles et ceux qui y aspirent, la méditation leur permettra de s'extraire définitivement de la souffrance par la dissolution et le retour de leur flot de conscience dans le grand chaudron de l'univers conscient ... Pschittt !!! Telle est la véritable finalité de la méditation telle qu'elle fut enseignée par le Bouddha Gautama Sakyamuni voilà près de 2600 ans.

L'homme a été créé pour être l'oeil éveillé et le coeur battant de l'univers vivant[...]
Il convient alors de cesser de raisonner pour commencer à résonner (avec le subtil).
La résonance fait entendre une mélodie supérieure à celle de la raison.

                                                 François Cheng (de l'Académie Française) (1922-)