Accès intranet



Actualités

Atelier Zen Graph'® n°1 - Dimanche 11 novembre 2018

Atelier Zen Graph'® 1 Dimanche 11 novembre 2018   Préinscription...
Partageons Ensemble - Stage Commun Qigong-Taiji-Méditation-Zen Graph' (dim. 14 oct. 2018)

Partageons Ensemble ! Share together - Compartamos juntos ! Stage...

Imprimer

Présentation du Taiji Quan (Tai Chi Chuan)

Qu’est-ce que le Taiji Quan (Tai Chi Chuan) 太极拳 ?

 

Une large majorité de personnes ignore encore aujourd'hui que le Tàijí Quán 太极拳 (Tai Chi Chuan) ou « Boxe du Faîte Suprême » est originellement un art de combat (Wŭ Shù 武术), un style de boxe (Quánfă). Il est en effet avec le Bāguà Zhǎng 八卦掌 ou « Paume des 8 Trigrammes », le Xíngyì Quán 形意拳 ou « Boxe de la Forme et de l’Intention » et le Liùhébāfǎ Quán 六和八法拳 ou « Boxe des 6 Combinaisons et des 8 Méthodes », un art de combat classé dans la catégorie des arts dits « internes » (Nèi 内) ou « souples » (Ruăn 软).

Ainsi, disons le tout de suite, le Tàijí Quán 太极拳 est tout sauf une douce et gentille gymnastique pour 3e âge en mal d'exotisme, comme on a bien trop souvent tendance à le décrire et à le pratiquer. Alors oui, bien sûr, aujourd'hui, la plupart des écoles qui enseignent cet art mettent le plus souvent l'accent sur sa seule dimension "santé-relaxation", favorisant souplesse et fluidité du corps et de l'esprit, et ce n'est pas un problème ! Ce qui le devient, en revanche, c'est lorsqu'un pratiquant, après plusieurs années de pratique, est stupéfait d'apprendre que ce qu'il prenait pour une jolie gymnastique douce est en fait une boxe visant originellement à tuer ou, pour le moins, à éviter d'être tué !

Ainsi, une pratique correcte, fidèle et traditionnelle du Tàijí Quán 太极拳 se doit d'intégrer ces deux aspects indissociables : un aspect purement martial (Yang) et un aspect que nous nommerons (faute de mieux !) de "santé/relaxation" (Yin). Pratiquer cette discipline en ne s'attachant qu'au développement de l'une ou de l'autre de ces deux facettes revient littéralement à dénaturer cet extraordinaire art du corps et de l'esprit, à lui faire perdre son essence fondamentale, son âme. Et c'est malheureusement ce à quoi nous sommes le plus généralement confrontés dans une large (trop large !) majorité d'écoles, y compris en Chine !


Comme son nom l'indique, la pratique du Tàijí Quán 太极拳
 s'appuie sur le principe philosophique du Tàijí  太极 et de son symbole, le fameux "diagramme du Tàijí" (Tàijítú 太极) si souvent utilisé (et tatoué !) et tellement peu compris !

taijitu

 

"Diagramme du Tàijí" (Tàijítú 太极图)

 

 

L'origine historique du Tàijí Quán 太极拳 est assez tardive puisqu'elle remonte au 17e siècle. C'est dans un petit village de la province chinoise du Henan nommé Chénjiāgōu 陈家沟 (littérallement "vallée de la famille Chén", situé à une soixantaine de kilomètres au nord du célèbre monastère de Shaolin) que le Tàijí Quán 太极拳 vit le jour, et plus particulièrement au sein d'un clan de paysans, celui de la famille Chén 


Chenjiagou

C'est au maître Chén Wángtíng 陈王廷 (1587-1664) que reviendrait donc la paternité de la création du Tàijí Quán 太极拳. Bien que transmis exclusivement et secrètement au sein du clan Chén, plusieurs autres styles se développèrent à sa suite. Parmi ces principaux styles, on distingue plus ou moins chronologiquement :

 

  • Le style Yáng 揚 du maître Yáng Lùchán 揚露禪 (1799-1872)
  • Le style Wŭ Hăo des maîtres Wŭ Yŭxiāng 武禹襄 (1812-1880) et Hăo Wéizhēn 郝為真 (1842-1920)
  • Le style du maître Lĭ Yìyu 李亦畬 (1831-1892)
  • Le style Wú Jiàn 吳鉴 du maître Wú Quányòu 吳全佑 (1834-1902)
  • Le style Sūn 孫 du maître Sūn Lǜtáng 孙綠堂 (1860-1932)


D'autres styles sont relativement en vogue aujourd'hui comme le Wŭdāng Tàijí Quán 武当太极拳 ou Tàijí Quán des monts Wǔdāng. Un autre style découlant directement du style Chén est le style Zhaobao (du nom d'un village rival non loin de celui de Chenjiagou), aujourd'hui renommé style He, du nom du maître He Zhao Yuan, (1810-1890).

 

La pratique du Tài Jí Quán au sein de Yăng Shēng 養生

 

Taijiquan_Style_Yang_1_copie

Posture dite du "Simple Fouet" (Dan Bian) du style Yang

 

 

Le Tài Jí Quán au sein de Yăng Shēng 養生 est ainsi un travail visant à la maîtrise de 13 axes fondamentaux :

Les exercices structuraux fondamentaux (Jī Bĕn Gōng )

2 - Les techniques de Pieds (Tī ) et de Mains / Poings (Dă )

3 - Le travail des Enchaînements codifiés (Tào Lù 套路)

4 - Les techniques de « Poussées de mains » (Tuī Shŏu 推手)

5 - Le travail à la Balle de Taiji (Tàijí Qiu 太极球) et au Bâtonnet de Taiji (Tàijí Bàng 太极)

6 - Les techniques de Saisies et d’Immobilisations (Qín Ná 擒拿)

7 - Les techniques de Lutte et Projections au sol (Shuāi Jiāo )

8 - Les techniques de Relaxation (Tàijí Qìgōng太极)

9 - Les techniques avec armes (Bīng Qì )

10 - Les Applications martiales (Wŭ Jiĕ )

11 - Les techniques de Pressions des cavités (Diăn Xuè 点穴)

12 - Les techniques de Combat libre (Sàn Shŏu 散手)

13 - Le travail dit « Essayer la Puissance » (Shí Lì ) et « Émettre la Puissance » (Fā Jìn 发劲)